Rencontrez les membres du Conseil consultatif des familles

Michèle Langlois

Image
Photo of Michèle Langlois

Michèle Langlois est présidente du Conseil consultatif des familles. Active au sein du Conseil depuis 2018, Mme Langlois y contribue sa vaste expérience acquise en tant que présidente du Réseau d’Ottawa pour le trouble de personnalité limite et en tant que responsable du Programme Family Connections depuis 2014. Elle est également une aidante familiale dévouée qui a vécu l’expérience de soutenir des proches atteints de problèmes de santé mentale dans leur parcours de rétablissement. Les expériences vécues de Mme Langlois l’ont inspirée à se joindre au Conseil afin d’accroître l’impact de la voix des familles au Royal.

En tant que présidente, Mme Langlois mobilise les forces du Conseil et de ses conseillers pour représenter la voix collective des familles desservies par le Royal. Elle dirige le Conseil en menant des activités de défense des intérêts, en fournissant des conseils et en s’engageant de manière significative auprès du Royal et d’autres partenaires communautaires pour contribuer à l’élaboration des politiques, des programmes, des recherches et des pratiques, ainsi que pour participer à des initiatives qui soutiennent et renforcent les familles et améliorent les soins aux clients et les expériences des familles dans tous les sites du Royal.

Championne de la vision de faire du Royal un « hôpital sans murs », Mme Langlois se consacre à faciliter la collaboration avec les dirigeants et partenaires communautaires afin de concevoir des modèles de soins qui répondent aux besoins des familles et de leurs proches « là où ils se trouvent », mais aussi pour mieux les soutenir tout au long du parcours de la maladie : du dépistage précoce à la résolution des problèmes et à la réinsertion communautaire.

Mme Langlois s’appuie sur ses 30 ans d’expérience de cadre et conseillère-cadre auprès d’organisations du secteur public dans les domaines des services et de l’innovation commerciale, avec une expertise spécifique en stratégie et planification, gestion de programmes et de projets et leadership en matière de changement. Elle termine actuellement sa maîtrise en leadership transformatif et spiritualité à l’Université Saint-Paul d’Ottawa. En tant que chef de file, Mme Langlois s’engage à exercer un leadership éthique, consciencieux et fondé sur des valeurs.

Dr Mohammad Ebrahimzadeh 

Image
Photo of Dr. Mohammad Ebrahimzadeh

Mohammad Ebrahimzadeh est un neuroscientifique primé qui s’est notamment mérité une Bourse de recherche aux étudiants diplômés de l’Institut de recherche en santé mentale du Royal en 2014. Il a acquis une expérience de recherche dans divers domaines, notamment la psychiatrie moléculaire, les propriétés analgésiques des cannabinoïdes, la perception de la douleur, les dépendances et la frénésie alimentaire.

Les expériences de maladie mentale vécues par la famille et les amis de M. Ebrahimzadeh l’ont personnellement motivé à se renseigner sur les différentes dimensions de la maladie et les façons de la gérer. Il est donc devenu un lecteur vorace et s’est renseigné sur différentes interventions psychologiques, notamment la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience, la thérapie par l’acceptation et l’engagement (TAE) et la psychothérapie existentielle.

M. Ebrahimzadeh a beaucoup œuvré dans les domaines de l’application des connaissances et de la défense de la cause de la santé mentale en organisant des conférences (membre du conseil d’administration du Congrès annuel des jeunes chercheurs), en écrivant des blogs (The Canadian Biomarker Integration Network for Depression) et en prenant la parole en public (Student Alliance for Mental Health).

M. Ebrahimzadeh se consacre avec une grande passion à l’approfondissement de ses connaissances sur la prestation de soins de santé mentale et les domaines qui pourraient être améliorés, en cherchant constamment à contribuer de manière positive à ces processus.

Nancy Myers

Image
Photo of Nancy Myers

Comme la plupart des personnes qui participent à des groupes de bénévoles, l’intérêt et les préoccupations de Nancy Myers pour les questions de santé mentale sont liés aux expériences vécues par sa famille et ses amis. Elle est titulaire d’un baccalauréat en sciences et a travaillé dans cinq hôpitaux universitaires (en soins pédiatriques et pour adultes, domaines médical, technique, clinique et recherche), au Canada et en Arabie Saoudite, où elle a appris qu’il est beaucoup plus facile de se retrouver en blouse blanche au sein de l’équipe de soins que d’être à l’extérieur, avec de nombreuses questions auxquelles on ne peut pas toujours répondre.

Mme Myers a également passé de nombreuses années en tant que bénévole dans le système scolaire de l’Ontario, plaidant pour obtenir un soutien et des services en éducation spécialisée pendant une période de bouleversements du système et de réductions budgétaires. Sa participation à divers comités statutaires lui a permis de comprendre l’importance de travailler au sein d'une grande organisation complexe et d’apprendre son fonctionnement, ainsi que comment équilibrer les attentes, les programmes, les priorités politiques changeantes et les impératifs budgétaires.

En tant que mère, Mme Myers comprend la confusion, la frustration et le stress liés au fait de naviguer dans un système changeant où se chevauchent un large éventail de soins et de services éducatifs, sociaux, médicaux et de santé mentale. La famille et les amis se sentent souvent impuissants et jugés par des professionnels qui leur disent qu’ils « connaissent le mieux » leur proche, tout en sous-estimant ou en dévalorisant leurs opinions. Le stress chronique d’être « de garde 24 heures par jour, 7 jours sur 7 » lorsqu’on vit avec une personne qui a besoin de soins de santé mentale et d’avoir la responsabilité de s’en occuper peut ressembler à une forme de trouble de stress post-traumatique que les personnes qui n’ont jamais vécu cette expérience ne peuvent pas comprendre.

Grâce à ces différentes expériences, Mme Myers a appris que les proches (amis et famille) prennent les meilleures décisions que possible en fonction des informations dont ils disposent; qu’il est important de décomposer les problèmes accablants en détails plus faciles à gérer, et qu’il est utile d’envisager d’anciens problèmes avec une nouvelle perspective et de se tourner vers l’avenir, souvent en se faisant « l’avocat du diable », pour essayer de voir les choses sous d’autres angles.

Mme Myers représente le Conseil consultatif des familles au sein des comités du Royal chargés de l’éthique/aide médicale à la mort et du bilan comparatif des médicaments.

Cynthia Clark

Image
Photo of Cynthia Clark

Cynthia Clark est bénévole au Royal depuis 2007, où elle a consacré son temps et son énergie à soutenir le Conseil consultatif des familles en tant que présidente pendant de nombreuses années, et dont elle est maintenant la secrétaire. Elle a représenté les familles au sein de divers comités communautaires et hospitaliers, et elle a également conseillé le gouvernement provincial et différentes agences nationales. Elle est la principale initiatrice d’un nouveau projet de recherche du Royal financé par les Instituts de recherche en santé du Canada qui vise à établir un cadre pour appuyer l’engagement significatif des aidants familiaux dans les soins et la recherche en santé mentale.

Mme Clark est actuellement présidente de l’Ontario Family Caregivers’ Advisory Network (OFCAN), un organisme provincial qui rassemble les groupes de l’Ontario qui soutiennent les aidants familiaux de personnes atteintes de problèmes de santé mentale et de toxicomanie. Elle est également l’une des fondatrices de Parents : Lignes de secours de l’est de l’Ontario (PLEO). Elle compte plus de 15 ans d’expérience dans la prestation de programmes aux membres de la famille de personnes atteintes de maladies mentales graves et a travaillé pendant 12 ans pour la Société de schizophrénie de l’Ontario.

En mai 2015, Mme Clark a été nommée au Conseil consultatif pour le leadership en santé mentale et en lutte contre les dépendances du ministère de la Santé et des Soins de longue durée. Elle a reçu le prix Femmes de distinction du YMCA-YWCA d’Ottawa en mai 2011 et le prix Inspiration décerné par les Services de santé Royal Ottawa en 2005, en reconnaissance des personnes qui servent de modèles d’espoir et d’inspiration.

Juliet Haynes

Image
Photo of Juliet Haynes

Juliet Haynes est coordinatrice de l’engagement et de l’expérience des familles au Royal et vice-présidente du Conseil consultatif des familles. Elle était auparavant coordinatrice du Programme de soutien familial du Royal, où elle consacrait son énergie à améliorer l’accès des familles aux services de soutien par l’entremise de partenariats communautaires et de la télémédecine.

Mme Haynes a plus de 12 ans d’expérience au Royal et a travaillé avec diverses populations, notamment des clients, familles et groupes dans le cadre du Programme de traitement de la toxicomanie et des troubles concomitants et des services d’urgence, ainsi qu’auprès de l’ensemble de la communauté en faisant un travail de sensibilisation.

Mme Haynes est vice-présidente du Réseau d’Ottawa pour le trouble de personnalité limite, où elle fait du bénévolat en tant que responsable du Programme Family Connections depuis 2014. Elle est également animatrice du Plan d’action de rétablissement et de mieux-être (WRAP) pour les familles, elle dirige la formation Outils puissants à l’intention des proches aidants et a co-animé le Programme Family-to-Family Education de la NAMI (National Alliance on Mental Illness). Mme Haynes compte plus de 15 ans d’expérience en tant qu’aidante familiale et paire aidante dans les domaines de la santé mentale, de la toxicomanie et de la violence faite aux femmes.

Dans tout ce qu’elle entreprend, Mme Haynes vise à promouvoir une culture qui habilite les familles et fait progresser les soins axés sur les clients et les familles. Elle est l’alliée des personnes atteintes de problèmes de santé mentale et de leur famille, car elle sait que les fournisseurs de soins de santé changent au fil du temps, tandis que les proches sont une source de soutien permanent dans le parcours de santé mentale des patients. Mme Haynes est titulaire d’une maîtrise en servie social de l’Université Carleton.